lundi, août 27, 2012

Mwamba Meji de la République Démocratique du Congo a croisé les gants aux Jeux Olympiques 2012 avec Medhizov Magomedrasul d´Azerbaijan




A. Note la plus récente
B. Plan du site      
C. Référencement
D. Notes par ordre chronologique
                              
A. Note la plus récente

Après que les compatriotes du boxeur Mwamba Meji aient exprimé leur mécontentement suite à la défaite de ce dernier aux huitièmes de finale du 1ier août 2012 à Londres face au boxeur Medzhidov Magomedrasul, nous croyons qu’il est temps d’analyser la prestation du boxeur, de rechercher les causes éventuelles de sa défaite et de formuler des conseils qui pourraient se révéler utiles à Mwamba Meji et/ou aux autres pratiquants de boxe anglaise. Les internautes sont invités à réagir positivement et/ou négativement à tout ou partie de la présente note mais surtout à compléter en cas de besoin l’analyse et les conseils ci-après.   

Une radio congolaise nous informe de la défaite de notre compatriote Mwamba Meji

Le matin du 06 août 2012, un programme radiophonique dont nous étions à l’écoute fait état de l’envoi de nos boxeurs au massacre, faute de préparation adéquate. Notre boxeur avait été débarqué de la compétition dès les huitièmes de finale des Jeux Olympiques de Londres 2012. La radio a parlé de la prestation du boxeur qui n’était pas digne d’un boxeur poids lourd. Notre réaction à chaud était basée sur les erreurs que nous avions notées auparavant sur la plupart des clips publicitaires de nos télévisions, matériel auquel nous avons le plus pu avoir accès concernant la pratique pugilistique par des personnes évoluant en République Démocratique du Congo. L’après-midi du 06 août 2012, nous avons la surprise de constater sur le web que Mwamba Meji était exempt de ces défauts (boxe trop physique, peu technique, peu tactique, répartition du poids corporel plus sur la jambe avant que sur la jambe arrière, ...). La surprise est si grande que nous avons du mal cette après-midi-là à  émettre des hypothèses sur les causes éventuelles de la défaite de Mwamba Meji.

Ci-après, vient un clip du combat ici concerné. Nous avons jugé la prestation de notre compatriote sur ce clip. Toutefois, nous sommes en droit d’émettre des réserves sur la valeur du clip comme matériel d’étude, réserves que nous avons le devoir de communiquer à ceux qui liront nos commentaires issus de l’examen du contenu du clip.

La prise de vues semble n’avoir été faite qu’à partir d’un seul côté du ring au lieu de, idéalement, plusieurs. La position des boxeurs à certains moments peut ainsi occulter la trajectoire suivie par un ou plusieurs de leurs membres supérieurs.    

Le repos entre la première et la seconde reprise intervient lorsque le chronomètre du clip marque 5:13 alors que la durée de 3 minutes ne doit pas être dépassée pour les reprises des boxeurs même professionnels. La vitesse du combat a probablement été diminuée, ce qui nous permet de mieux voir la succession de différents événements qui se sont déroulés au cours du combat.

Nous remercions www.congomikili.com qui a eu l’amabilité de poster ce clip sur www.youtube.com.


Analyse de la prestation de Mwamba Meji

1. Tenues des boxeurs

1.1. Vêtements

À l’instar de son adversaire, Mwamba Meji avait mis un short et un débardeur sur lesquels nous n’avons rien à redire.

1.2. Casques

Pour des raisons de sécurité, les deux boxeurs avaient mis des casques. L’adversaire de Mwamba a bénéficié de l’aide de deux auxiliaires pour mettre convenablement le casque. Cependant, Mwamba n’a été aidé que par un seul auxiliaire. Cette dernière aide s’est révélée inefficace : à 01:40 du clip aussi bien qu’à 08:51, on peut remarquer que soit le casque de Mwamba est mal fermé, soit que la fermeture du casque ne permet pas que ce dernier soit porté convenablement. Un coup de poing fera sauter le casque de Mwamba Meji à 08:38 du clip pendant que la face de son porteur saignait déjà, ce qui va obliger l’arbitre à arrêter définitivement le match.   

1.3. Chaussures

Mwamba Meji avait mis des chaussures de sport ordinaires tandis que son adversaire avait mis des chaussures conçues spécialement pour la pratique de la boxe anglaise. Nous nous attendons à ce que les déplacements aient ainsi été plus laborieux pour Mwamba que pour son adversaire. Le travail pugilistique aura été beaucoup plus laborieux que nous ne le pensons si Mwamba n’a pas l’habitude de s’entraîner vêtu d’un casque et de chaussures de même nature que celles qu’il avait mises le jour du combat ici concerné. 

2. Auxiliaires

2.1. Un seul ?

Mwamba Meji semble n’avoir bénéficié des services que d’un seul auxiliaire. Nous pensons qu’il en faut plus d’un : un qui dicte la conduite à tenir à la reprise subséquente pendant qu’un ou d’autres se livrent à d’autres tâches (massage, rafraîchissement, …).

2.2. La sécurité du boxeur doit primer sur l’envie de ne pas déplaire

Avant le début de la seconde reprise, l’arbitre constate que les lacets des chaussures de Mwamba Meji sont défaits et retarde le début de la reprise, le temps que Mwamba noue ses lacets. En présence d’un tel arbitre, l’unique auxiliaire de Mwamba n’avait-il pas le droit de demander qu´on retarde le début du match pour bien serrer la fermeture du casque de Mwamba ou pour demander un autre casque au cas où le premier se serait révélé trop petit ou que sa fermeture se serait révélée défectueuse ? L’auxiliaire se sentait-il coupable de quelque chose ? Dans son camp, quelqu’un se sentait-il coupable, par exemple d’être arrivé en retard au lieu de la compétition ? La sécurité du boxeur doit primer sur l’envie de ne pas déplaire.

3. Aspect physiques

3.1. Noir

Mwamba Meji est un Noir, contrairement à son adversaire qui est un Blanc. Nous nous attendons à ce que sa densité osseuse soit plus élevée que celle de son adversaire. Il n’est pas étonnant que le déplacement des segments corporels homologues fasse dépenser plus d’énergie à Mwamba qu’à son adversaire. Si tel est le cas, une dépense judicieuse d’énergie était donc de mise.

3.2. Section transversale des muscles squelettiques

En assumant que la section transversale des os des deux adversaires est identique, celle des muscles squelettiques est moins grande chez Mwamba que chez son adversaire. Ce dernier serait donc plus avantagé que Mwamba du point de vue force musculaire maximale.

3.3. Taille

Mwamba est plus grand que son adversaire. La possession de fibres musculaires squelettiques homologues plus grandes devrait lui conférer un avantage du point de vue force musculaire maximale mais l’avantage conféré par une section transversale des muscles squelettiques plus grande par son adversaire reste plus avantageuse. 

3.4. Poids

Mwamba Meji appartient à la catégorie des poids amateurs super-lourds, limite supérieure des catégories de poids où, par conséquent, les organisateurs peuvent se voir obligés d’opposer des boxeurs de poids dont la différence peut être de plusieurs dizaines de kilos, par présence uniquement de la limite inférieure mais absence de la limite supérieure de poids (]91 kg,+∞ kg[). Il nous est impossible de savoir qui est le plus avantagé sur ce point de vue. De fait, le poids des boxeurs n’est pas signalé avec précision par les statistiques du site des Jeux Olympiques.

4. Aspects techniques

4.1. Garde

Les deux boxeurs ont adopté des positions de garde visiblement identiques. Toutefois, le placement des pieds et de la tête de l’adversaire de Mwamba, occupaient la plupart du temps des positions lui permettant d’atteindre Mwamba à la tête comme au corps, et sur les surfaces antérieures comme sur les surfaces latérales. Mwamba n’a pas fait d’effort suffisant pour placer la pointe de son menton près de ou sur la poitrine. La conséquence est la flexion de sa tête sur le dos au moins à deux reprises peu avant l’arrêt du match.

4.2. Déplacements

Les déplacements des deux boxeurs nous semblent irréprochables d’un point de vue qualitatif. L’adversaire de notre compatriote s’est déplacé de façon à bien cadrer Mwamba afin de contrôler la mobilité de ce dernier, ce qui est sage de sa part vu sa taille plus courte. Mwamba pour sa part s’est décalé presqu’en permanence sur sa jambe gauche et autour de son adversaire, ce qui est sage afin de réduire la surface offerte aux frappes d’un adversaire aussi collant que le sien. Il faut reconnaître à Mwamba l’effort de chercher à garder la grande distance entre lui et son adversaire.

4.3. Attaque et défense

Si les jabs ont été utilisés par Mwamba pour garder la longue distance entre lui et son adversaire, il est à déplorer le visible manque de puissance de ses coups de poing. En face d’un adversaire aussi collant que le sien, les directs de droite très appuyés auraient pu réduire la fréquence des attaques de l’adversaire. Les uppercuts de droite bien appuyés auraient pu de temps en temps remplacer les directs de droite face à cet adversaire à la fois collant et plus court. Carlos Monzón est un exemple à suivre. 

Le court adversaire s’est permis avec succès au moins un retrait de buste, ce que Mwamba aurait pu faire à la fois pour éviter les coups de l’adversaire et laisser le boxeur collant trop s’approcher avant que Mwamba le décourage avec des uppercuts bien appuyés. 

Pourquoi l’auxiliaire de Mwamba ne le lui a pas conseillé ? Pourquoi l’auxiliaire n’a-t-il pas conseillé bien de choses auxquelles nous ne faisons pas allusion mais qui viennent à l’esprit de l’internaute en regardant le clip ci-haut ? Il fallait pour cela au moins deux conditions : 1° être le coach habituel de Mwamba et 2° avoir constaté pendant les entraînements que Mwamba est capable de faire ce que nous aurions voulu le voir en train de faire. Si cela n’est pas le cas, nous ne devons pas nous en prendre à l’auxiliaire.   

5. Aspects tactiques

Les jabs répété de Mwamba auraient pu servir à préparer des coups puissants de droite, ce qui n’a pas été le cas.

Mwamba a été trop prévisible. Il est capable de se déplacer comme Muhammad Ali mais il n’a fait qu’une faible partie de ce que ce dernier avait l’habitude de faire. De fait, il a tourné autour de l’adversaire uniquement vers sa propre gauche alors qu’il aurait pu augmenter le degré d’incertitude chez l’adversaire en inversant de temps à autre le sens du déplacement. Mwamba ne s’est décalé vers sa gauche qu’en réaction aux attaques de l’adversaire. Ce dernier imposait ainsi le rythme. Il aurait été préférable que Mwamba augmente la vitesse de ses décalages pour ainsi imposer le rythme. Il aurait alors suffi qu’il arrête tout déplacement au moment le plus inattendu pour qu’il retrouve devant lui un adversaire à la fois surpris et dont les surfaces antérieures et latérales seraient à sa merci. Willie Pep est un exemple à suivre.  

L’adversaire a plus utilisé les feintes que Mwamba. L’adversaire a provoqué une situation de clinch qu’il a essayé d’exploiter, contrairement à Mwamba qui aurait pu profiter de la proximité ainsi créée par l’adversaire pour donner des crochets et/ou uppercuts, coups courts qui devraient lui faire dépenser moins d’énergie que ses coups longs.

6. Aspects psychologiques

La manque de puissance des coups de Mwamba a travaillé au profit de l’adversaire qui en profité pour avancer presque continuellement. Peu avant l’arrêt du combat, Mwamba paraît incapable de masquer sa peur. Cela aurait possiblement encouragé l’adversaire dans ses attaques.   

Qui est le coupable de la défaite de Mwamba Meji ?

Les aspects physiques évoqués plus haut font de notre compatriote une personne possiblement moins favorisée par la nature que son adversaire. Le rôle des cadres techniques est d’aider nos boxeurs à tirer le meilleur profit de ce dont la nature les a doté, si petit soit-il.

L’amélioration des performances sportives observée depuis un peu plus de trente ans est attribuée par Ackland TR, Elliot BC et Bloomfield J à une amélioration des conditions de vie, à l’augmentation du nombre de personnes pratiquant les sports dont il est question, à une plus importante participation dans les sports concernés par des personnes dont les physiques sont les plus adaptées à ces sports pour des raisons d’appartenance raciale, à la contribution des sciences du sports et de la médecine (Ackland, Bloomfield, & Elliott, 2009). D’après les mêmes auteurs, les coaches portent désormais attention tant aux faiblesses qu’aux points forts des athlètes, tendent à adapter leurs interventions à chaque athlète concerné, interventions pouvant inclure la modification des capacités physiques, des actions au niveau de la technique et/ou des actions au niveau de la tactique.

Les conditions de vie dans le pays d’origine de Mwamba Meji sont-elles favorables à la participation des boxeurs à des Jeux Olympiques ?

Nous avouons ne pas être prêt pour donner la réponse exacte à cette question. Toutefois, nous avons, sous des cieux autres que la République Démocratique du Congo, contribué à la préparation des boxeurs à des compétitions de niveau inférieur à celui des Jeux Olympiques. Au cours des entraînements ordinaires, certains de ces boxeurs portaient des chaussures appropriées à la pratique de la boxe anglaise, contrairement à notre boxeur. Le casque qui finit par s’envoler suite à un coup de poing nous fait nous demander si le boxeur a l’habitude de porter le casque au cours de ses entraînements et si celui qui l’a aidé à le mettre aux Jeux Olympiques a l’habitude de vérifier le port convenable du casque lorsqu’il entraîne des boxeurs.

Nous nous souvenons ici du spectacle pitoyable dont nous avons été témoin au complexe « Moto Na Moto Abongisa » à la maison communale de Bandalungwa à Kinshasa. Des boxeurs frappaient le sac portant uniquement des bandes aux mains et des sandales aux pieds. Le fait de ne pas porter au cours de cet exercice des gants de même masse que ceux qui seront portés lors de la compétition risquent d’entamer la force de frappe au cours de cette dernière. Le fait de porter des sandales réduit la mobilité autour du sac et, partant, transforme peu à peu le boxeur en cible trop peu mobile pendant la compétition ; c´est-à-dire une proie facile pour l´adversaire. Cela augmente la vulnérabilité du boxeur aux attaques adverses et réduit ses possibilités de profiter des avantages que lui aurait offert une plus grande mobilité.

C’est comme si à Kinshasa et peut-être aussi dans le reste de la République Démocratique du Congo, les conditions de vie étaient défavorables à la pratique de la boxe anglaise.

Pour augmenter nos chances de succès au cours de prochaines rencontres internationales, 1° il est souhaitable que les scientifiques du pays soient intéressés par qui de droit afin de trouver au sein de notre population des personnes aux caractéristiques les mieux adaptées à la pratique de la boxe anglaise ; 2° il est important d’intéresser la population à une participation majeure à ce sport qu’à ce jour ; 3° un recyclage régulier des cadres techniques s’impose ; et 4° un suivi convenable des boxeurs doit se faire grâce à la collaboration des scientifiques et des cadres techniques.  

Invitation aux personnes intéressées à enrichir l’analyse de la prestation du RD Congolais Mwamba Meji

Les internautes sont invités à réagir positivement et/ou négativement à tout ou partie de la présente note mais surtout à compléter en cas de besoin l’analyse et les conseils ci-après.  

Référence

Ackland TR, Bloomfield J, Elliott BC. The assessment and modification model. In: Ackland TR, Elliott BC, Bloomfield J, editors. Applied anatomy and biomechanics in sport. 2nd ed. Champain, IL: Human kinetics; 2009. p. 3-9.

<!--[if gte mso 10]>
André MUKALA NSENGU TSHIBANGU,
Le Blogueur.

B. Plan du site.

BOXE ANGLAISE

1. Savoir
1.1. Sciences
1.1.1. Physiologie http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/08/physiologie_21.html
1.1.2. Psychologie http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/06/psychologie.html
1.2. Biographies http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/06/biographies.html
1.3. Combats http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/07/combats.html
1.4. Informations http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/06/informations.html

2. Savoir-faire
2.1. Travail physique http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/07/travail-physique.html
2.2. Travail technique
2.2.1. Garde http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/07/garde.html
2.2.2. Attaque http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/07/attaque.html
2.2.3. Défense http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/07/defense.html
2.2.4. Préparation d'attaque http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/09/preparation-dattaque.html
2.2.5. Contre-attaque http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/08/contre-attaque.html
2.2.6. Contre http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/08/contre.html
2.3. Travail tactique
2.4. Travail psychologique http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/08/travail-psychologique.html

3. Savoir-être http://boxe-anglaise.blogspot.com/2009/06/savoir-etre.html

4. Opinions

5. Discussions

C. Référencement.



Analyse d'audience



Boxe






Annuaire Guide des sports



Annuaire des sites francophones



Guide Boxe



Blogotop l'annuaire des blogs



• ANNUAIRE DE LIENS •
•  VOTRE VISIBILITE  •



NORD-59-Sites-ET-Blogs



Annuaire-Site-And-Blog-Avesnois



Annuaire-Hard-Link-



sport










annuaire internet










Référencement Gratuit



Sites-Internationaux



Site recommandé par Ousurfer.com




Portail Belge




http://www.iamm.fr/app/netref/gestion/in.php?url_id=2133




Linkbel annuaire de liens en dur




Annuaire de site internet Suisse romand











JdMag-Sport - Annuaire de sites de sport classés par catégories
http://sport.jdmag.net/



Trafic Booster


D. Notes par ordre chronologique.

Libellés :